Popayan, Ipiales et le sanctuaire de Las Lajas en Colombie

par Van
Une rue déserte de Popayan

Pour les voyageurs au long cours qui traversent la frontière terrestre entre la Colombie et l’Équateur, la jolie ville coloniale de Popayán en Colombie offre une étape fort agréable. Ipiales est juste une halte obligatoire avant le passage de la frontière mais cet arrêt vous donnera la possibilité de faire une rapide escapade au Sanctuaire Las Lajas, une fierté nationale. Le sud de la Colombie étant pour le moment épargné du tourisme il ne devrait pas y avoir foule.

POPAYAN, LA VILLE BLANCHE

Après 24h de trajet je suis arrivée à Popayán en Colombie à minuit sous des trombes d’eau, complètement éreintée. Le lendemain je me suis levée relativement tôt car je ne disposais que d’une matinée pour visiter la ville blanche.

Peu de voyageurs s’arrêtent à Popayán car elle est loin des grands axes touristiques et c’est tant mieux ! On évite ainsi les tours organisés et les rues bondées comme c’est le cas dans l’autre grande ville coloniale de Colombie : Carthagène. Ici on vit relax et on en profite. Autre atout : située à plus de 1700 mètres d’altitude, il ne fait jamais une chaleur accablante.

Une rue blanche de Popayán

La ville tient son architecture coloniale des conquistadors espagnols qui l’ont fondée au XVIème siècle. Le centre historique est impeccablement conservé, très propre et compte un nombre impressionnant d’édifices religieux : églises, chapelles et monastères. Sa place centrale, le Parque Caldas, dispose d’un grand jardin avec des bancs sur lesquels les habitants aiment s’installer pour discuter. Le côté sud abrite la magistrale Cathédrale Nuestra Señora de la Asunción de style néoclassique ainsi que la tour de l’horloge, l’emblème de la ville. À deux quadras se trouve le puente de Humilladero, un pont à 12 arches de 1873 (à éviter la nuit car l’endroit devient malfamé).

Le Parque Caldas à Popayan

De nombreux patios verdoyants sont cachés derrière les imposantes portes cochères. Vous pourrez en découvrir certains en participant au Free Walking Tour qui débute tous les jours à 10h et 16h sur la place centrale entre la Tour de l’Horloge et la Cathédrale.

La place centrale Parque Caldas à Popayan

La petite balade à faire en fin de journée est celle du Morro del Tulcán, une colline en forme de pyramide à seulement 4 quadras du centre qui offre une vue imprenable sur la ville. C’est animé en fin de journée pour le coucher du soleil.

POURQUOI POPAYAN EST-ELLE BLANCHE ?

L’histoire dit qu’en raison d’une épidémie de gratouille dans la ville (une puce qui faisait des ravages), les murs ont été enduits de chaux, seule solution pour éviter la propagation de l’insecte. Mythe ou réalité ? Personne ne sait. Toujours est-il que désormais tous les ans on repasse un coup de peinture blanche.

Les maisons blanches de Popayan

COMMENT ALLER À POPAYAN ?

Pour aller à Popayan en Colombie les trajets en bus les plus courants sont Cali-Popayan, Ipiales-Popayan et dans une moindre mesure San Agustín-Popayán (le trajet que j’ai fait mais en sens inverse).

BUS CALI-POPAYAN

Au départ de Cali des bus partent toutes les 15 minutes vers Popayán. Parmi les compagnies : Expreso Palmira (un bus toutes les 1h30), Transipiales, Cootranar, Coomotor, Supertaxis, Velotax… Les tarifs démarrent à $30 000, le trajet dure minimum 3h.

BUS IPIALES-POPAYAN

Départ toutes les heures vers Popayán avec les compagnies Transipiales, Bolivariano et Supertaxis. Tarif : entre $30 000 et $55 000. Temps de trajet normal : 8h pour 340 km mais la route est sinueuse et souvent en travaux donc prévoyez plus. Mon bus a mis 12h à cause de travaux sur la route suivi d’un glissement de terrain qui nous a immobilisés 2 heures.

BUS SAN AGUSTIN-POPAYAN

3 compagnies font ce trajet. J’ai voyagé avec Cootranshuila dans le sens Popayán – San Agustín dans un petit bus sans amortisseurs. Tarif : $38 000. 5h de route dont la moitié sur une piste de montagne chaotique : le bus grince, touche le sol, on est secoué dans tous les sens… un vrai bonheur.

Une église avec une place à Popayan
Une porte de maison à Popayan

OÙ DORMIR À POPAYAN ?

Je n’ai passé qu’une (courte) nuit à Popayan au Araracuara Tattoo hostel. Impossible de trouver meilleur marché 17 000 cop (4€) le lit en dortoir de 4 avec petit-déjeuner inclus. Les jeunes proprios sont adorables. Comme d’habitude je n’avais pas de réservation mais comme mon bus d’Ipiales devait arriver à Popayán à 20h il n’y avait pas de problème. Voyant que mon bus prenait de plus en plus de retard je leur ai envoyé un message sur facebook pour leur demander si je pouvais arriver à minuit (heureusement que j’avais acheté une carte SIM colombienne à la gare routière d’Ipiales). Ils m’ont répondu qu’il n’y avait pas de soucis et effectivement le gardien de nuit s’est réveillé quand je suis arrivée en pleine nuit. D’ailleurs le chauffeur de taxi a attendu que la porte s’ouvre avant de partir. À peine arrivée dans ce pays que j’avais déjà un coup de cœur pour les colombiens !

Une église blanche à Popayan
Une ruelle blanche de Popayan

IPIALES, LA VILLE-FRONTIÈRE

J’ai traversé Ipiales pour aller à la gare routière mais il n’y a rien de bien folichon à y voir. Visiblement il n’y a pas grand-chose à y faire non plus. C’est une ville-frontière ordinaire. Mais la ville a le mérite d’avoir une gare routière qui permet de partir au plus vite vers des destinations plus accueillantes 🙂 Celles qui vont vous intéresser sont Pasto, Popayán, et Cali. Toutes les infos de transport pour rejoindre ces 3 villes en arrivant d’Équateur sont dans mon article « comment passer la frontière Équateur-Colombie ».

Ipiales a un autre atout. Elle se situe à 8km d’une magistrale église-pont connue sous le nom de Santuario de Nuestra Señora de Las Lajas et permet ainsi de faire une petite excursion rapide avant ou après le passage de frontière. Je vous raconte tout un peu plus bas.

OÙ DORMIR À IPIALES ?

Ne dormez pas à Ipiales ! continuez plutôt à Pasto ou Popayán. Je n’ai pas de bon plan d’hébergement à Ipiales pour la simple et bonne raison que je n’y ai pas dormi.  

SANCTUAIRE DE LA LAJAS, LA FIERTÉ COLOMBIENNE

Le Santuario de Nuestra Señora de Las Lajas est réellement une fierté nationale. Les colombiens, très croyants, s’y pressent en fin de semaine. Il faut dire que cette église-pont monumentale qui enjambe un canyon et une rivière est plutôt photogénique. N’hésitez pas à traverser le pont et monter jusqu’au belvédère à gauche, c’est de là que vous aurez la meilleure vue sur le sanctuaire.

Vue sur l'église Las Lajas en Colombie

En faisant mes recherches sur la Colombie le sanctuaire de Las Lajas apparaissait comme un incontournable en Colombie, un endroit à ne pas rater. Je me dois de modérer ce que j’ai pu lire. Il est vrai que cette construction néogothique est magistrale. Mais on est loin de l’ambiance bucolique à laquelle je pensais. Un vrai business s’est monté autour de ce lieu de culte. La route piétonne sur laquelle il faut marcher 10 minutes pour rejoindre le sanctuaire est une succession d’échoppes à souvenirs : des bracelets de la vierge, des chapelets, des photos, des babioles avec Jésus, des petits anges… Il y a même un téléphérique pour ceux qui ne veulent pas marcher.

Ceci étant je ne regrette pas cette escapade. Je dirais que si vous prévoyez de passer la frontière Rumichaca alors c’est une petite virée sympa, d’autant que vous côtoierez des colombiens extrêmement fiers de leur sanctuaire et venus parfois de très loin. En revanche si vous ne passez pas par Ipiales il est inutile de faire le déplacement. À noter que la visite est gratuite mais le musée est payant.

COMMENT ALLER AU SANCTUAIRE DE LAS LAJAS ?

En arrivant à la gare routière j’ai laissé mon gros sac-à-dos à la consigne ($2 500 pesos / 0€60) et j’ai rejoint le parking des colectivos vers Las Lajas. Les colectivos partent toute la journée, dès qu’ils sont complets. Le trajet dure 15 minutes et coûte $2 700 pesos l’aller (0€70). Dans mon cas à 7h du matin j’ai dû attendre 30 minutes que le minivan veuille bien partir et encore, il n’était rempli qu’à moitié mais les passagers commençaient à s’impatienter et ont menacé le chauffeur de se grouper pour prendre un taxi. Il suffit d’1/4 d’heure pour rejoindre le début du chemin qui mène à Las Lajas. Pour repartir c’est le même principe. Retournez là où le colectivo vous a laissé, il y en a toujours au moins un qui attend.

Panorama du sanctuaire Las Lajas en Colombie

OÙ DORMIR AU SANCTUAIRE LAS LAJAS ?

Il n’y a pas de raison de dormir sur place. Dormez à Pasto ou Popayán ou bien passez au plus vite la frontière avec l’Équateur.

Après avoir mis 24h pour passer la frontière Équateur-Colombie puis visité le Sanctuaire Las Lajas et la jolie Popayán, j’ai poursuivi ma route en direction de San Agustín et ses mystérieuses statues précolombiennes.


Vous aimez cet article ? Épinglez-le sur Pinterest !

Articles sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez leur utilisation. Accepter Politique de confidentialité