Capurgana et Sapzurro en Colombie : paradis des Caraïbes

par Van
plage de Sapzurro en Colombie

Après deux mois passés en Colombie, les villages de Capurgana et Sapzurro ont été ma dernière étape avant de passer au Panama. Je ne pouvais pas rêver mieux pour clôturer mon aventure dans ce merveilleux pays.

Bien que situés sur la très touristique côte caribéenne, Capurgana et encore plus Sapzurro restent des destinations hors des sentiers battus où règne une atmosphère de bout du monde et où l’on vit au ralenti. Ici point de route, l’électricité ne fonctionne pas toute la journée et il n’y a aucun distributeur de billet. Cet endroit perdu est donc idéal pour se reposer. C’est aussi le point de départ des speedboats vers les îles San Blas au Panama.

Atteindre ce petit bout de paradis n’est pas de tout repos, mais avec un peu d’organisation et quelques pilules anti-nauséeuses pour le transport vous arriverez à destination.

SAPZURRO LA TRANQUILLE

J’ai choisi d’établir mon camp de base à Sapzurro plutôt qu’à Capurganá pour trois raisons et je ne regrette pas du tout mon choix.

Tout d’abord j’aimais bien l’idée de séjourner dans le dernier village habité d’Amérique du Sud. Et oui car le voisin de la Colombie, le Panama, se situe en Amérique Centrale.

Ensuite Sapzurro est plus petit, plus sauvage et moins touristique que Capurganá et je voulais être tranquille pour mes derniers jours en Colombie.

Et enfin pour des raisons écologiques j’avais décidé de ne pas prendre l’avion pour rejoindre le Panama, ma destination suivante. Il n’existe aucune route entre la Colombie et le Panama, il ne me restait donc que l’option par la mer et les speedboats que j’avais repérés partaient de Sapzurro.

Sapzurro est un petit village paisible, 4 ou 5 restaurants, 3 petites tiendas, une minuscule pharmacie avec pas grand-chose, une cinquantaine de maisons. Après 21h il ne se passe plus rien, l’électricité est coupée entre 3h et 9h du matin mais peu importe, on est là pour vivre au ralenti, aller à la plage, flâner dans le village ou encore trainer dans des hamacs.

Les deux plages qui encadrent Sapzurro sont très belles, le sable fin et l’eau transparente. Selon moi ce sont les plus belles du coin. En parlant de plages, si vous allez sur celle située à gauche du village (quand on regarde la mer) ne ratez pas la grand-mère qui vend ses glaces artisanales à l’ombre d’un cocotier. Celles à la coco sont succulentes.

CAPURGANA, LA DOUCEUR DE VIVRE  

Même si Sapzurro est plus tranquille, Capurganá est resté authentique et mérite largement le détour. Un peu plus développé et touristique que Sapzurro, Capurganá est aussi plus animé. Entre 10h et 12h le matin c’est la cohue autour de l’embarcadère avec le chassé-croisé des arrivées et des départs et les fouilles aléatoires des douaniers. puis tout redevient calme.

Plage de Capurganá

On trouve dans ce village une jolie plage, davantage de choix de restaurants, bars, hébergements et commerces. J’ai d’ailleurs profité d’une petite virée à Capurgana pour faire quelques courses car l’offre est très limitée sur Sapzurro.

Enfin si on souhaite passer au Panama en bateau le bureau de l’immigration se trouve à Capurganá. J’en parle plus bas dans cet article.

QUE FAIRE À CAPURGANA ET SAPZURRO ?

Même si mon passe-temps favori a été de paresser de hamac en hamac en mangeant des glaces, j’ai tout de même pris le temps de découvrir quelques jolis spots.

Randonner entre Sapzurro et Capurganá

Pour aller de Sapzurro à Capurganá ou inversement on peut prendre une lancha ou bien randonner. Le sentier démarre au bout de la plage à droite du village (en regardant la mer) et traverse la jungle. Un panneau « Sendero Ecoturístico » indique le départ. Ça monte pas mal et il fait très chaud, pensez à prendre de l’eau, mais c’est une balade très agréable avec un panorama superbe en haut de la colline.

La veille de mon départ pour le Panama j’ai dû aller au bureau de l’immigration de Capurganá pour faire tamponner mon passeport. Vu que je n’avais quand même pas fait énormément de choses en 3 jours puisque j’avais décidé de prendre le rythme des locaux, je me suis décidée à y aller en marchant. J’étais tellement motivée que je me suis mise en mode commando, une vraie machine de guerre : malgré la chaleur torride et l’humidité j’ai terminé la rando en 1h15 au lieu de 2h.

J’ai tout de même fait le retour en mode relax pour profiter de la jungle et du silence, ce qui m’a permis de voir une famille de singes en pleine sieste et pour la première fois de ma vie une danse ou parade amoureuse entre des papillons Morpho. Voir ces insectes aux ailes d’un bleu éclatant à l’extérieur et marrons avec des motifs yeux à l’intérieur en train de virevolter est tout simplement incroyable.

En cours de route vous tomberez sur une cabane où il faudra vous acquitter d’un droit de passage de $10 000 (environ 2€30) valable pour toute la journée, en gros si vous voulez faire 10 allers-retours vous pouvez. Si vous ne voyez pas la dame de la cabane pour régler votre passage ne vous inquiétez pas : elle vous verra !

Cabo Tiburón

Depuis Sapzurro, 30 minutes de marche facile le long du littoral permettent d’accéder à la jolie plage de Cabo Tiburón. D’autres plages sauvages jalonnent cette belle randonnée.

la plage de Cabo Tiburón
Plage de Cabo Tiburón

La première plage où se situe une caserne militaire (les petits veinards) est la seule abritée du parcours où l’on peut se baigner sans risque. Les autres, cabo Tiburón compris, ne sont pas abritées et ont des vagues puissantes en cas de houle. Quand j’y étais une tempête venait de se terminer et avait bien abimé la côte en arrachant des arbres et en creusant le rivage. La mer étant très agitée je ne me suis pas baignée car j’avais peur d’être emmenée au large (#trouillarde).

Il n’y a pas de droit de passage à payer. Une paillote est parfois ouverte sur une des plages avant d’arriver à Cabo Tiburón.

La plage de La Miel : une escapade au Panama

Alors ça c’est LE truc à ne pas rater. Depuis Sapzurro on peut se rendre en 30 minutes à pieds au… Panama qui se situe juste derrière la colline. Il suffit de prendre les marches situées derrière le village de Sapzurro et de monter 15 minutes. J’ai eu la chance de tomber sur une colonie de singes sautant de branches en branches et rien que pour ça, la randonnée en valait la peine ! Depuis Capurganá des lanchas font le trajet en 30 minutes environ pour $30 000 pesos.

Au sommet se trouve un poste frontière où il faut montrer son passeport aux militaires. Vous n’aurez en revanche pas de tampon. Ensuite on descend 10 minutes, on traverse le village endormi de La Miel puis on arrive à la plage de La Miel où il faut s’acquitter d’un droit d’accès de $2 000 pesos.

La plage est très belle, frangée de palmiers. Mais aussi assez touristique (tout est relatif) puisque l’on peut y venir en bateau de Capurganá. Il y a d’ailleurs un Duty Free sur la plage pour ceux qui voudraient se ravitailler en alcool. J’avoue je n’ai pas pu résister à une bouteille de rouge ! Quoi qu’il en soit c’est une petite randonnée bien sympa que je conseille.

La baie El Aguacate

De Capurganá vous pouvez randonner jusqu’à Bahia Aguacate. Il vous faudra 1h30 en marchant tranquillement pour rejoindre la baie et ses eaux qui appellent à la baignade. Vous pouvez aussi vous y rendre en 10 minutes de lancha de Capurganá.

Pour bronzer ça va être compliqué car la plage est minuscule voire inexistante en cas de vent mais vous pourrez y faire du snorkeling ou boire un verre/manger/dormir à l’hôtel-restaurant.

La cascade El Cielo

Si vous avez fait une overdose de plage vous pouvez aller à la cascade et aux piscines El Cielo.On y accède en 1h au départ de Capurganá par un sentier de randonnée dans la jungle qui vous donnera peut-être l’occasion d’entendre ou même de voir des singes hurleurs. L’entrée est à $2 000. Personnellement les photos de ce site ne m’ont pas donné envie d’y aller mais il en faut pour tout le monde.

COMMENT ALLER À CAPURGANA ET SAPZURRO ?

Les villages de Capurganá et Sapzurro se trouvent sur la côte Caraïbe, à l’extrême nord-ouest de la Colombie, à la frontière avec le Panama.

Plusieurs options s’offrent à vous mais comme il n’y a aucune route pour se rendre dans ce coin reculé, toutes nécessitent à un moment donné de prendre une lancha (un bateau à moteur plus ou moins grand) jusqu’à Capurganá. Pour rejoindre Sapzurro il faudra obligatoirement prendre une deuxième lancha.

Lancha de Necoclí à Capurganá
Lancha entre Necoclí et Capurganá

Les 3 options de transport

La première option est la plus rapide mais aussi la plus onéreuse : elle consiste à prendre un avion de Medellín jusqu’au village d’Acandi avec la compagnie San German Express. Il y a 2 vols par semaine, le temps de vol est d’1h30 et le prix est d’environ $330 000. D’Acanti il faut alors se rendre au port et prendre une lancha qui est censée être coordonnée avec l’arrivée des avions. La traversée jusqu’à Capurganá dure 30 minutes et coûte dans les $25 000.

La deuxième option est d’aller en bus jusqu’à Turbo (8h de bus de Medellín) puis de prendre une lancha jusqu’à Capurganá. Ce n’est pas la meilleure solution : le trajet en bus est certes légèrement plus court que pour la 3ème option dont je parle ci-dessous mais la traversée en bateau est rallongée d’une heure. De plus Turbo n’est pas particulièrement conseillée la nuit.

La dernière option consiste à se rendre à la ville de Necoclí puis de prendre une lancha jusqu’à Capurganá. C’est l’option qui est aujourd’hui la plus populaire et c’est celle que j’ai choisie pour des raisons de praticité et de budget. On peut se rendre à Necoclí en bus de Carthagène (environ 9h de route), Medellín (9-10h de route) ou encore Montería (environ 3h de route).

Attention les lanchas partent tous les jours de Necoclí à 8h pétante (trajet en sens inverse vers 10h) et il faut se présenter 1h avant à l’embarcadère donc partez très tôt le matin, prenez un bus de nuit ou bien encore mieux arrivez la veille et dormez sur place.

Pour ma part j’étais à Montería chez un ami colombien. J’ai donc pris un taxi à 4h du matin pour aller à la gare routière de Montería. La course coute $7000 soit environ 2€. J’ai pris le minivan de 4h20 pour Necoclí. On ne peut pas réserver à l’avance mais il y en a toutes les 20 minutes. Le tarif est de $38 000 soit environ 10€ et le trajet dure environ 2h15 (pas d’embouteillage à cette heure-ci).

Capurganá côté rue et côté mer

Organisation et tarif de la traversée

À 7h, après avoir pris mon petit-déjeuner à la boulangerie de Necoclí, je me présente à l’embarcadère. Les traversées peuvent être mouvementées (j’en parle plus bas dans cet article) en particulier entre décembre et février et l’eau peut s’introduire dans la lancha. Des vendeurs à la sauvette proposent des gros sacs poubelle en plastique pour l’équivalent d’$1 US. Un conseil : prenez-en un pour protéger votre sac pendant le transport, ça vous évitera de le retrouver complètement trempé à l’arrivée. D’ailleurs vous verrez, même les locaux protègent leurs affaires. Les vendeurs proposent aussi des ponchos et des pochettes en plastique pour protéger les téléphones ce qui peut s’avérer être une excellente idée.

J’en profite pour vous conseiller de bien vous badigeonner de crème solaire car les lanchas n’ont pas toujours de bâche pour protéger du soleil. Et prenez également votre imperméable, vous me remercierez plus tard. 

Le « bureau » ouvre. En fait il s’agit de plusieurs tables alignées sur le sable devant l’embarcadère. J’ai été étonnée par tant d’organisation : 4 files se forment. Une pour les personnes avec réservation, une pour les personnes sans réservation, une pour peser son sac et payer le surpoids et la dernière pour payer la taxe portuaire.

Mon ami colombien avait appelé la veille pour me réserver une place ce qui est judicieux en période de grosse affluence comme pendant les vacances ou les week-ends. Pour réserver appelez le 315-6874284 ou envoyez un email à  reservascapurgana[at]hotmail.com (en espagnol). Si vous dormez une nuit à Necoclí votre hôtel ou auberge appellera et fera la réservation pour vous.

La traversée en lancha coûte $75 000 par personne et en plus de votre petit sac à dos de jour ou sac à main vous aurez droit à 1 sac à dos ou valise de 10kg maximum, au-delà de ce poids il vous en coutera $1000 par kilo supplémentaire. Et une taxe portuaire pour finir à $2900 par personne. La traversée dure environ 1h30.

Si vous souhaitez poursuivre jusqu’à Sapzurro, dès votre arrivée à la jetée de Capurganá des propriétaires de lanchas vous proposerons de vous y emmener pour $ 15 000. La traversée prend 15 minutes. Une autre solution est de faire la randonnée de 2h dont je parlais un peu plus haut mais si vous avez vos gros backpacks je vous le déconseille, il faut gravir une colline puis la redescendre avec une chaleur et une humidité insupportables. Si cette option vous tente sachez que le sentier est plutôt bien aménagé avec des escaliers en bois pour éviter de se ramasser. Vous devrez payer $10 000 de droit de passage par personne valable toute une journée. 

Une traversée épique

Pour ceux qui veulent tout savoir voici tous les détails de ma traversée mouvementée.

À 8h tapante c’est l’heure de l’appel : un monsieur énumère les noms de ceux qui peuvent embarquer dans la lancha. Je fais partie des premières, j’en profite pour m’installer au dernier rang, là où ça bouge moins. Oui car si vous êtes sujets au mal de mer sachez qu’il vaut toujours mieux se mettre au fond, c’est moins tape-cul que devant.

1h30 de traversée, ce n’est pas très long mais je peux vous dire que j’ai trouvé ça largement suffisant. Les premières 20 minutes se sont formidablement bien passées, ciel bleu, mer d’huile. Puis nous sortons de la baie et là ça commence à bouger pas mal, on se prend des grosses vagues, on est trempés (d’où mon conseil de mettre un imperméable) mais tout le monde a le sourire… pendant 10 minutes.

Ensuite on ne rigole plus du tout, des nuages arrivent d’un coup, la mer devient démontée, noire, menaçante, des creux se forment, on se prend littéralement des seaux d’eau dans la tronche, sans arrêt pendant 1h, c’est l’horreur, j’ai l’impression d’être dans une machine à laver. Autour de moi les gens sont malades, plus personne ne parle, nous subissons sans pouvoir rien faire. Je réussis tant bien que mal à ouvrir les yeux une fois mais ce que je vois me fait peur, finalement les yeux fermés c’est mieux.

Au bout d’une heure d’enfer nous arrivons enfin sur la jetée de Capurganá, je suis sonnée, mes jambes ont du mal à me porter. Je récupère fébrilement mon backpack (sec grâce au sac plastique héhé) et m’apprête à rejoindre mon auberge quand je me rends compte que mon voyage n’est pas terminé, je dois prendre une autre lancha pour aller à Spazurro. Au secours, j’avais complètement oublié !

Nous sommes seulement une dizaine à poursuivre jusqu’à Sapzurro, la majorité des touristes reste à Capurganá. Un monsieur sur la jetée nous propose de nous y emmener. Nous embarquons sur la lancha, heureusement le trajet ne dure qu’une quinzaine de minutes, 20 tout au plus, le « capitaine » va moins vite, on est moins malmenés.

10h30 : je pose enfin un pied à Sapzurro, le calvaire est terminé.

QUE DOIT-ON EMMENER POUR ALLER À CAPURGANA ET SAPZURRO ?

De l’argent ! Il n’y a aucun distributeur dans ces deux villages donc faites vos comptes et prévoyez assez d’argent liquide en fonction du nombre de jours que vous prévoyez dans le coin. Si comme moi vous comptez poursuivre en bateau de Sapzurro vers le Panama pensez à avoir des dollars. Je vous recommande par ailleurs de lire mon article complet sur San Blas Frontera, le passage de la frontière avec le Panama et les îles San Blas.

Pensez au répulsif à moustique. Le produit anti-moustiques local est le Nopikex (en savon ou en spray) et fonctionne très bien. De la crème solaire, un chapeau, des vêtements légers, un maillot, des chaussures de marche et un imperméable.

OÙ SE LOGER À SAPZURRO ?

Après ma traversée mouvementée je me suis rendue à l’auberge Casa Mola sur les hauteurs de Sapzurro, conseillée par une de mes copines de voyage. J’avais donc contacté le dueño, Rami, par watsapp pour réserver mon lit et j’ai bien fait. Déjà je n’aurais absolument pas été capable de faire du porte-à-porte vu l’état dans lequel j’étais. Et surtout Casa Mola n’a qu’un seul dortoir de 6 lits et 2 chambres doubles qui ont toujours été complets durant mes 4 jours à Sapzurro. Tous les jours des personnes sans réservation se pointaient et devaient faire demi-tour pour se trouver un autre logement.

La nuit en dortoir de 6 lits est $35 000 pesos / 8€. Ce n’est pas donné pour un lit en dortoir avec peu de confort mais l’hébergement à Sapzurro n’est pas particulièrement bon marché et il n’y a pas pléthore d’offre. Le wifi (parfois capricieux, mais c’est le cas partout à Sapzurro et Capurganá) est gratuit. Une cuisine est à disposition à certaines heures ainsi que de l’eau filtrée. Et surtout la vue depuis Casa Mola sur la plage d’un côté et la jungle de l’autre vaut de l’or.

Comme tous les pensionnaires de cet établissement je me suis sentie comme à la maison et je ne remercierai jamais assez Rami de s’être occupé de moi. Il m’a accueillie alors que j’étais encore sous le choc de ma traversée et m’a préparé des infusions et jus de fruits frais pour me réconforter.

OÙ MANGER À CAPURGANA ET SAPZURRO ?

À Capurganá vous trouverez plusieurs restaurants et quelques tiendas assez grandes et bien achalandées. Tout arrive par bateau.

À Sapzurro le choix est moins large et les tiendas n’ont que le strict minimum mais c’est suffisant pour le temps que vous allez y passer : œufs, pâtes, quelques fruits et légumes, biscuits, pain. En revanche si vous ne pouvez pas vous passer de vos gâteaux préférés ou de votre marque de café emmenez-les avec vous.

Restaurant à Capurgana

Il y a 4 ou 5 restaurants à Sapzurro qui proposent du poisson frais, des arepas, des pizzas ou des burgers. Mon chouchou est le restaurant à arepas sur le front de mer.
Par contre je préviens, les restaurants (tout comme les tiendas) sont ravitaillés une fois par semaine donc quand ils n’ont plus rien pour garnir leurs arepas, faire leurs pizzas ou accompagner les poissons ils n’ouvrent tout simplement pas. Je me suis retrouvée comme une cruche mon dernier soir avec tous les restaurants fermés sauf un qui a bien voulu me cuire une brochette de poulet et des frites. Ça n’a pas été le meilleur repas de ma vie mais au moins j’ai pu me remplir l’estomac.

TRAVERSER LA FRONTIÈRE COLOMBIE-PANAMA EN BATEAU

Si vous souhaitez poursuivre vers le Panama par bateau, les options les moins onéreuses sont les speedboats au départ de Sapzurro. Deux compagnies se partagent ce marché : le leader « San Blas Adventure » et le challenger « San Blas Frontera ».

Pour faire court « San Blas Adventure » propose un périple de 4 jours / 3 nuits à US$445 et des groupes jusqu’à une trentaine de personnes. L’ambiance est festive voire grosse beuverie et à cause de cela les commentaires ne pas toujours très positifs. Si vous avez plus de 25 ans je ne vous recommande pas forcément cette compagnie.

J’ai choisi « San Blas Frontera » qui propose quelque chose de plus alternatif avec des groupes plus petits, maximum 15 personnes et beaucoup plus respectueux des kuna, l’ethnie des îles San Blas. Le voyage dure 3 jours / 2 nuits et coûte US$275. Je recommande vivement cette traversée.

Que vous choisissiez San Blas Adventure ou San Blas Frontera vous devrez vous rendre la veille de votre départ en bateau au bureau de l’immigration de Capurganá pour avoir votre tampon de sortie. Évitez d’y aller entre midi et 14h car le bureau sera fermé.

Lanchas sur la plage de Capurgana

Cette région perdue et difficilement accessible est décidément un très bel endroit pour terminer en beauté un voyage en Colombie. Et pour les voyageurs au long cours en partance pour le Panama c’est une porte de sortie bien pratique pour rejoindre ce voisin par la mer.

J’espère que cet article vous aura été utile, n’hésitez pas à laisser un commentaire si vous avez des questions ou des informations à ajouter.


Vous aimez cet article ? Épinglez-le sur Pinterest !

image pinterest Capurgana Sapzurro
image pinterest Capurgana Sapzurro
image pinterest Capurgana Sapzurro

Articles sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez leur utilisation. Accepter Politique de confidentialité