Le parc archeologique de San Agustin en Colombie

par Van
Trois statues d'une sépulture

San Agustín dans le sud de la Colombie est connu pour ses mystérieuses statues et mégalithes. Le parc archéologique de San Agustin regroupant près de 200 sculptures est le site le plus connu mais vous pourrez découvrir d’autres statues dans les montagnes environnantes. Si comme moi vous êtes attiré.e par les civilisations perdues alors San Agustín est à mettre en haut de votre liste des incontournables en Colombie.

LA VILLE DE SAN AGUSTIN

Située à 1700 mètres d’altitude dans des montagnes luxuriantes, San Agustín est une charmante petite ville de 30 000 habitants. Les rues sont propres et bordées de jolies maisons blanches et vertes. Vous pourrez y rester 1 ou 2 jours sans vous ennuyer.

Une maison blanche et verte à San Agustin
Rue de San Agustin

J’y étais 10 jours avant Noël et le moins que l’on puisse dire c’est que c’était animé. Le soir le centre de la ville était noir de monde, un marché de Noël avec des stands de nourriture et de l’artisanat local était installé sur une des places principales et une scène avait été dressée avec des concerts salsa. Bref, c’était grosse ambiance, la fête a duré toute la nuit. J’en garde un très bon souvenir. J’imagine qu’en dehors des fêtes de fin d’année et des vacances c’est beaucoup plus calme.

LES SITES ARCHEOLOGIQUES DE SAN AGUSTIN

Outre la sauterie de Noël on vient surtout à San Agustín pour ses trésors archéologiques. Autour de la ville sont dispersées des centaines de sculptures et mégalithes d’une civilisation inconnue. Au total se sont plus de 600 statues qui ont été retrouvées dans les environs mais beaucoup sont encore à découvrir. C’est tout simplement fascinant.

Statue oiseau avec serpent dans le bec
Statue avec pagne

Pour voir les mystérieuses statues vous aurez 3 options. En premier lieu le parc archéologique de San Agustín est LE site que vous ne pouvez pas rater : 200 sculptures y sont présentées. Si vous n’avez pas eu votre dose de statues vous pourrez faire une balade à cheval dans les montagnes environnantes dans un cadre époustouflant pour atteindre d’autres sites archéologiques ou bien booker un tour en Jeep jusqu’au rio Magdalena.

LE PARC ARCHEOLOGIQUE SAN AGUSTIN

Le site incontournable de la région est le parc archéologique de San Agustín, classé depuis 1995 au patrimoine mondial de l’Unesco. Situé à 3km du centre, dans la forêt, le parc archéologique abrite un musée et plusieurs sites présentant les mystérieuses statues et sépultures : les mesitas A,B,C et D, la Fuente de Lavapatas, l’Alto de Lavapatas et le Bosque de las Estatuas.

À la billetterie il est possible de prendre un guide. Je me suis passée de ce service et je ne l’ai pas regretté : j’ai pu discrètement écouter quelques explications de 3 guides qui accompagnaient des familles et chacun avait sa théorie sur les statues et la civilisation qui en est à l’origine. La vérité c’est qu’on ne sait rien car aucun écrit n’a été retrouvé. On estime que ces sculptures et monuments datent du 1er millénaire de notre ère, il s’agit donc d’une civilisation antérieure aux incas et c’est à peu près tout ce que l’on sait. Qui était cette civilisation ? Comment a-t-elle disparu ? Quelle est la signification de ces sculptures ? Étaient-elles destinées à protéger les morts ou à vénérer des dieux ? Le mystère reste entier et ce n’est que plus captivant.

Les mesitas A,B,C et D sont des regroupements de mégalithes installés sur des terrasses et buttes façonnées par l’homme. Sur ces sites on trouve de nombreuses sépultures entourées par des alignements de pierres sculptées recouvertes d’une pierre plate comme des dolmens ainsi que des sculptures mystiques représentant des humains, des animaux, des créatures anthropomorphes ou des formes abstraites. Les statues aux formes humaines ont parfois des allures effrayantes avec leurs canines saillantes. Était-ce pour intimider les tributs rivales ? Ou pour faire peur à la mort ? D’autres sculptures représentent des humains tenant des bébés dont on ignore également la signification.

Statues de la mesita
Sépultures dans la mesita
Statue en forme de visage de la mesita

En continuant le chemin on arrive à la Fuente de Lavapatas, un complexe de canaux et bassins taillés par l’homme dans une dalle rocheuse. La roche fût minutieusement sculptée et travaillée et même si l’ensemble a été détérioré au siècle dernier par les villageois qui s’en servaient de lavoir, on peut y deviner des sculptures d’hommes, de visages humains, d’amphibiens comme des salamandres ou encore de reptiles… Des trous et des rigoles avaient également été creusés pour acheminer l’eau vers des baignoires et bassins. Ce site aurait vraisemblablement servi à des cérémonies et rituels religieux.

La Fuente de Lavapatas
Bassin à la Fuente de Lavapatas

Puis il faut gravir la colline pour arriver à l’Alto de Lavapatas. La montée est assez raide mais ça ne dure pas longtemps. En haut une sorte de clairière a été aménagée dans laquelle sont exposées une dizaine de statues. La vue sur les montagnes est splendide.

Le Bosque de las Estatuas est un petit circuit dans la forêt où sont regroupées une trentaine de statues toutes dans un style très différent. On est dans une galerie à ciel ouvert. Contrairement aux mesitas, ce n’est pas leur emplacement d’origine puisque celles-ci ont été ramenées de toute la région dans un but de conservation.

Enfin, le musée expose quelques objets comme des poteries retrouvées dans les environs. Mais le plus intéressant sont sans aucun doute les nombreuses statues présentées avec des explications concrètes sur ce qu’elles représentent ou bien de ce qu’elles tiennent dans leur mains (animaux, instruments, enfants…). Le musée n’est pas très grand mais en lisant tous les panneaux d’information on y passe un certain temps.

Groupe de statues au musée de San Agustin

Je suis arrivée à l’entrée du parc à 8h pétantes, pile à l’ouverture. L’employée de la billetterie m’a conseillé de commencer par les mesitas, la Fuente de Lavapatas, l’Alto de Lavapatas, le Bosque de las Estatuas et de terminer par le musée, ce que j’ai fait. Je suis restée 3h dans le parc et 1h dans le musée et je ne les ai pas vues passer tant j’étais captivée par ces découvertes.

PRIX DU PARC ARCHEOLOGIQUE SAN AGUSTIN

Pour visiter le parc et les différents sites aux alentours vous devrez acheter un passeport (un petit livret qui ressemble vraiment à un passeport) qui est valable 2 jours. En 2019 le tarif du passeport était de 50 000 cop / 12€ pour les étrangers. En 2018 le prix était moitié moins cher. J’espère pour vous qu’ils ne vont pas augmenter le prix par 2 tous les ans 🙂

HEURES D’OUVERTURE DU PARC ARCHEOLOGIQUE SAN AGUSTIN

Le parc archéologique de San Agustín est ouvert de 8h à 17h du mercredi au lundi. Attention ne vous faites pas avoir le parc est fermé le mardi.

COMMENT SE RENDRE AU PARC ARCHEOLOGIQUE SAN AGUSTIN ?

Pour rejoindre le parc archéologique des minibus passent régulièrement dans le centre, environ toutes les 20 minutes. Le trajet prend 10 minutes et coûte 1500 cop / 0€40. Sinon vous pouvez prendre une moto-taxi ou y aller à pieds.

Statues ressemblant à des dolmens

LA BALADE À CHEVAL

4 autres sites nichés dans les montagnes sont relativement accessibles à partir de San Agustín : El Purutal, La Pelota, La Chaquira et El Tablón. J’ai choisi de m’y rendre à cheval car j’avais lu de bons avis sur l’excellent groupe facebook « Backpackeuses en Amérique Latine ».

Comme je me suis rendue au parc archéologique à la première heure j’ai pu enchainer à 13h le même jour avec la balade à cheval. J’avais demandé à la dueña de mon auberge de me trouver un guide et un cheval en précisant tout de même que je n’accepterais pas un animal en mauvaise santé. Je fais toujours très attention à la condition animale c’est pourquoi en plus de 2 ans de tour du monde c’est la seule fois où j’ai fait une balade à cheval.

chevaux dans les rues de San Agustin

À 13h un homme est venu me chercher pour m’emmener à pieds à quelques quadras de là, dans un champ où attendaient 2 chevaux et un guide. J’ai fait le tour de ma monture et fût soulagée de constater que l’animal était en bonne santé, bien portant et sans aucune blessure apparente. C’est parti pour 4h de balade.

On m’avait dit que mon guide parlait en anglais mais son vocabulaire se limitant finalement à « Hello » et « Horse », pour plus de facilité j’ai préféré poursuivre nos discussions en espagnol. Il s’agit d’ailleurs d’avantage d’un accompagnateur que d’un guide mais peu importe, je ne m’attendais pas à un diplômé en histoire hispanique. Quand nous en sommes venus à nous présenter et qu’il m’a indiqué s’appeler Anibal j’ai eu un peu peur de me retrouver seule avec lui dans les montagnes 🙂 Mais bon finalement Anibal n’était pas un psychopathe et tout s’est bien passé.

La boucle fait 11 km. Nous commençons par nous rendre sur le site le plus éloigné qui regroupe La Pelota et El Purutal. Nous laissons les chevaux et rejoignons La Pelota. Ce n’est pas le lieu le plus intéressant puisqu’il n’y a que 4 statues alignées dans un champ. Après avoir vu 200 statues le matin, l’effet est limité. Mais soulignons tout de même que l’on peut admirer une nouvelle fois une statue toute mignonne d’un oiseau avec un serpent dans son bec.

trois statues de La Pelota

Quelques dizaines de mètres plus loin on arrive à El Purutal où il faut s’acquitter d’un droit d’entrée de 5 000 cop (1€20) mais ça vaut le détour car cela ne ressemble en rien à ce qui est présenté dans le parc archéologique. El Purutal est unique puisqu’il propose 2 sépultures gardées par des statues qui ont la particularité d’être colorées en rouge, jaune, noir et blanc. Les couleurs sont particulièrement bien conservées, surtout quand on sait que ces monuments sont vieux d’1 ou 2 millénaires. Selon moi avec le parc archéologique c’est LE site à ne pas rater.

La statue colorée El Purutal à San Agustín
Une statue colorée à El Purutal

On continue avec La Chaquira. Mis à part le fait que j’ai eu les chansons de Shakira dans la tête tout l’après-midi, j’ai beaucoup aimé cet endroit. On ne peut y voir que 3 gravures dans un éboulis de roches mais le paysage est grandiose. Dans cet environnement montagneux avec la tumultueuse rivière Magdalena en contrebas et des cascades face à nous on ressent encore plus le côté mystique.

La statue Chaquira
Montagnes autour de San Agustin

On termine avec un site pas vraiment indispensable : El Tablón. Honnêtement, après tout ce que j’ai vu les 5 ou 6 statues dressées dans un jardin font un peu plouf. Il est temps de rentrer.

Il est 17h quand nous arrivons à San Agustín, l’heure de quitter mon fidèle destrier et Anibal. J’ai adoré cette balade à cheval dans les montagnes au milieu de la forêt et des plantations de café ou de canne à sucre.

Il est possible de faire cette balade à pieds par ses propres moyens mais je vous mets en garde : quand j’étais à San Agustín une française a posté un message sur le groupe facebook « Backpackeuses en Amérique Latine » en indiquant avoir subi une agression armée avec son copain alors qu’ils faisaient seuls cette balade dans les montagnes. Ils se sont fait dérober leur argent et leurs téléphones. En déposant plainte la police leur a dit que malheureusement ce n’était pas un cas isolé. Donc soyez vigilants si vous décidez de vous y rendre à pieds sans guide et allez-y en groupe plutôt que seul.

QUE PRENDRE POUR LA BALADE À CHEVAL ?

Prenez de l’eau car vous serez en plein soleil et un imperméable. Il pleut beaucoup dans la région en témoignent les montagnes luxuriantes et vous ne serez pas à l’abri d’une averse.

TARIF DE LA BALADE À CHEVAL

Le prix annoncé était de 80 000 pesos. J’ai négocié à 50 000 pesos et j’étais seule. Si vous êtes plusieurs vous pourrez certainement négocier davantage. N’hésitez pas à refuser de faire la balade si on vous ramène un cheval qui vous semble en mauvaise santé.

LE TOUR EN JEEP

La dernière option est le tour en Jeep qui vous embarquera pour une journée complète vers deux autres sites connus de la région : El Alto de los Idolos et El Alto de las Piedras. De plus vous verrez 2 cascades impressionnantes et pourrez toucher l’eau au point le plus étroit du Rio Magdalena. J’ai choisi de ne pas faire ce tour car j’estimais en avoir assez vu et je ne voyais pas la valeur ajoutée de cette sortie. De plus de la pluie était annoncée, j’ai donc préféré quitter San Agustín.

Statue en forme de grenouille

COMMENT ALLER À SAN AGUSTIN ?

San Agustín ne se situe sur aucun axe touristique mais si vous avez un peu de temps vous ne regretterez pas le déplacement.

BUS POPAYAN-SAN AGUSTIN

Si vous venez de Popayán, 3 compagnies desservent (quasiment) directement San Agustín plusieurs fois par jour. J’ai payé 38 000 cop avec la compagnie Cootranshuila qui avait un départ à 13h qui m’intéressait. Le trajet se fait en minibus. Nous avons mis 5h pour faire les 140 km, la moitié du trajet se fait sur route asphaltée, l’autre se fait sur une piste gadouilleuse dans la montagne, de plus en plus abimée au fur et à mesure que l’on avançait, le bus grinçait, touchait le sol, nous étions secoués dans tous les sens. N’espérez pas piquer un roupillon. Après 4h45 de route le minibus m’a larguée à un croisement où m’attendait un pick-up (compris dans le prix) qui m’a récupérée et laissée 10 minutes plus tard devant mon auberge dans le centre.

BUS NEIVA-SAN AGUSTIN

La plupart des bus partant de Neiva vont jusqu’à Pitalito (environ 4h de route) d’où vous devrez prendre un second bus pour San Agustín (environ 45 minutes). Il y a plusieurs compagnies et plusieurs départs par jour. Il existe également des bus directs entre neiva et San Agustín dont le trajet dure environ 4h mais ils sont beaucoup moins fréquents. Dans le sens San Agustín-Neiva j’ai payé 32 000 cop (8€) au total pour un transport en voiture de San Agustín jusqu’à Pitalito (10 dans une voiture 🙂 ) puis un minibus jusqu’à Neiva. Nous avons mis 5h.

OÙ DORMIR À SAN AGUSTIN ?

Beaucoup de voyageurs choisissent La Casa de François, une jolie maison avec des chambres et des dortoirs sur les hauteurs et dans la verdure. Le cadre est bucolique et l’ambiance francophone. En revanche c’est plutôt excentré et qui dit hauteur dit que vous devrez beaucoup monter et prendre des escaliers.

J’ai dormi à l’Hostal Musica i Arte dans le centre ce qui m’a permis de profiter des soirées de Noël. La dueña est ultra sympathique et disponible pour aider ses pensionnaires, une cuisine est à disposition ainsi qu’un coin pour chiller. Le lit en dortoir de 3 est à 16 000 cop, environ 4€. En revanche ça fait un peu repère de hippies, quand j’y étais le dress code était dreadlocks et pantalons motifs éléphants.

Statue avec une couronne

PARC ARCHEOLOGIQUE TIERRADENTRO

Le deuxième grand site archéologique connu du sud de la Colombie est Tierradentro. Ce site est connu pour ses chambres funéraires complexes et décorées de peintures. J’ai tergiversé des heures pour savoir lequel j’allais visiter pour finalement choisir San Agustín car Tierradentro est plus compliqué d’accès et nécessite plus de jours.  Le parc archéologique national de Tierradentro est lui aussi inscrit depuis 1995 sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Après avoir découvert San Agustín et ses fascinantes et inoubliables statues mystiques j’ai poursuivi mon chemin vers une région radicalement différente avec des paysages parfois lunaires, parfois avec des airs de Grand Ouest américain : le désert de la Tatacoa.


Vous aimez cet article ? Épinglez-le sur Pinterest !

Articles sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez leur utilisation. Accepter Politique de confidentialité